1914-premieres cartes postalesLa guerre, qui ne devait durer que quelques mois, se poursuit toujours. Les usines d'armement n'ont plus de main-d'oeuvre et l'outillage fatigue.

Plus "grave" encore : l'acier et les explosifs commencent désormais à manquer car les principaux fournisseurs de la France sont... allemands ! Les canonniers français commencent alors à rationner leurs obus.

Vers la fin de l'année, la situation s'aggrave car 11 départements français sont occupés par l'Allemagne où les Kommandantur  imposent leurs exigences aux populations françaises...

Ce que produisent les hauts-fourneaux, les mines de fer, les mines de charbon et les filatures de ces 11 riches départements sert désormais exclusivement à l'armée allemande.


A l'approche de Noël, le pape tente d'obtenir une trêve dans les combats mais, français comme allemands, tous les dirigeants la refusent. Cependant, dans les tranchées, des soldats allemands et des britanniques décident d'un commun accord qu'ils cesseront le combat et fraterniseront le jour du 25 décembre.


En janvier, quand l'hiver s'installe, les tranchées forment une ligne ininterrompue qui va de la Mer du nord jusqu'à la frontière suisse et s'étire sur plus de 800 km de long. Les militaires professionnels anglais et les conscrits français bénéficient alors d'une courte accalmie...

Le général Erich von Falkenhayn, nouveau commandant en chef de l'armée allemande, vient de prendre ses fonctions et il a décidé de laisser sur la défensive les soldats allemands qui font face aux français et aux britanniques, le temps pour l'Allemagne d'anéantir l'armée du tsar de Russie...