En 1967, au Nigéria, des sécessionnistes de l'ethnie ibo proclame l'indépendance de la République du Biafra et obtiennent aussitôt le soutien de la France et de la Côte d'Ivoire. La Fédération du Nigéria, quant à elle soutenue par les USA, l'Angleterre et l'URSS, prend rapidement le dessus dans la guerre qui s'ensuit et qui provoque de 2 à 3 millions de morts en 32 mois de conflit.

Dans un souci d'apaisement, le gouvernement nigérian ordonne de ne plus parler de cette guerre et de l'indépendance du Biafra. Mais les ibos constatent que leur ethnie est de plus en plus mise à l'écart sur le plan politique. A la fin des années 1990, les nationalistes du Biafra créent le Movement for the Actualisation of the Sovereign State of Biafra (MASSOB) dont les membres militent pour le rétablissement de la République du Biafra.

1999-propagande du MASSOBCes militants organisent alors des cérémonies de levée du drapeau biafrais et des grèves destinées à bloquer l'économie du Nigéria.


Ils distribuent aussi aux ibos des cartes sur lesquelles la région de l'embouchure du fleuve Niger et les réserves de pétrole qui s'y trouvent sont induement attribuées au Biafra.


Quelques années plus tard, un groupe de militants sécessionistes biafrais est arrêté par la police à Onuimo (en territoire ibo) alors qu'il se préparait à proclamer de nouveau l'indépendance du Biafra. Les membres du MASSOB et Ralph Uwazuarike, son principal dirigeant, décident aussitôt d'entrer dans la clandestinité...