1999-armoiries de Victor-Emmanuel IIIPendant la 2nde guerre mondiale, le roi Victor-Emmanuel III d'Italie collabore avec les fascistes et cosigne des lois raciales avec Mussolini.

A la suite d'un référendum national favorable à sa destitution, les députés italiens font  inscrire dans la Constitution qu'à compter du 2 juin 1946, les ex-rois de Savoie, leurs conjoints et descendants mâles ne pourront plus pénétrer ou séjourner sur le territoire national.

En décembre 1997, la Chambre des députés adopte un amendement à la Constitution qui abroge le bannissement des princes de Savoie.

Ce texte, toujours en examen devant le Sénat en juillet 1999, provoque l'impatience du prince héritier de la maison de Savoie qui commence a s'en irriter.

Il demande alors au gouvernement italien l'autorisation de pouvoir venir en Italie pour remettre à la Croix-Rouge italienne 60 tonnes d'aide humanitaire pour les populations des Balkans...

Mais Rosa Russo Jervolino, le ministre de l'intérieur, se montre inflexible et lui interdit de franchir la frontière tant que la Constitution n'aura pas été modifiée. Pour sa part, le prince estime que, au bout de 53 ans, l'exil de sa famille a assez duré et qu'il réfléchit désormais à une action en justice. Puis, le 2 juillet, à Genève, la maison de Savoie annonce officiellement qu'elle a demandé à ses avocats de saisir la Cour européenne des droits de l'homme.

Les avocats expliquent que leurs clients ne veulent rien d'autre que le droit d'aller et venir, comme n'importe quel citoyen italien. De son côté, le prince indique que, selon lui, 80% des italiens sont favorables au retour de sa famille en Italie...