Le recensement de population de 1968 permet de constater que la proportion de français qui exercent un emploi diminue au fil des années : de 44,5% en 1954, elle passe à 42% en 1962 et à 40,1% en 1968. Cette baisse est due à la prolongation récente de la scolarité obligatoire et à l'augmentation importante du nombre d'étudiants, auxquels il convient ajouter  les personnes âgées qui, désormais, prennent une retraite.

1968-les francaisLa France compte d'ailleurs une grande proportion de vieillards, ainsi que d'enfants non encore en âge de travailler.

A l'exception toutefois de Paris qui possède une population adulte importante et qui a, de ce fait, le taux d'activité le plus élevé du pays (50,8%).

25% des personnes actives travaillent pour l'agriculture, notamment en AuvergneLimousinNormandie et Bretagne, les emplois industriels en représentent 39,6%, principalement dans le nord et l'est de la France.


Cependant, les emplois les plus nombreux sont ceux du secteur tertiaire (emplois de bureau ou de service) qui occupent 44,7% de la population active.


Par ailleurs, le pourcentage de femmes qui entrent désormais dans la vie active est en augmentation... Elles étaient 32,3% en 1962, elles sont désormais 34,9%. Cette proportion plus importante de femmes dans le monde du travail s'explique en partie par leur irruption (bien qu'elle demeure encore marginale) à la tête des exploitations agricoles, notamment celles situées dans l'ouest du pays. Mais c'est surtout leur présence massive en tant qu'employées de bureau ou de service (à 79,1%) qui a déplacée les curseurs, notamment dans les entreprises de la région parisienne.