1945-Ismail Sidqi pachaAu cours du mois de février, Ismaïl Sidqi pacha décide de former un gouvernement dont la mission première sera de renégocier le traité de 1936 qui lie son pays à l'Angleterre.

Les pourparlers préliminaires se déroulent bien mais une majorité de parlementaires égyptiens refuse de soutenir son gouvernement.

Sidqi pacha obtient cependant des britanniques une déclaration officielle dans laquelle ils affirment accepter de quitter l'Egypte.

Par la suite, l'attitude qu'il observe chez eux  lui permet peu à peu de comprendre qu'ils n'entendent en rien partir rapidement : les négociateurs britanniques ne cèdent rien sur rien et, ainsi, bloquent complètement les négociations du Caire.

La seule chose qui semble les motiver est que l'armée égyptienne fasse corps avec la leur et s'engage à combattre à leurs côtés, pour le cas où une guerre éclaterait au Soudan.

Aprés 6 mois sans résultats, plusieurs des délégués égyptiens sont désormais partisans de rompre définitivement les négociations. Pour sa part, Ismaïl Sidqi pacha s'accroche et reste favorable à leur poursuite. La délégation britannique déclare alors qu'elle serait très favorable à l'idée d'inclure dans les négociations les partis qui ne font pas partie du gouvernement de Sidqi pacha.

Ce dernier, qui recherche ardemment l'unité politique de l'Egypte avec le Soudan, comprend que, de fait, il  contrarie  l'Angleterre. Il choisit alors de donner sa démission au roi d'Egypte et Cherif Sabri pacha, l'oncle du roi, est chargé de constituer un nouveau gouvernement de coalition. Les négociateurs britanniques proposent de reprendre sans attendre les négociations, apportant ainsi la preuve de leur bonne volonté et leur souci d'aboutir rapidement