Les dirigeants japonais ayant catégoriquement rejetés l'ultimatum que les USA leur ont adressé le 28 juillet, 600 énormes bombardiers américains se mettent dés le 5 juillet à pilonner une soixantaine de cités nippones qu'ils écrasent sous leurs projectiles. C'est ainsi que la ville industrielle de Toyama, dans l'île de Hondo, est totalement rasée et ses 127.000 habitants décimés. Puis 400 autres bombardiers et chasseurs entrent en scène...

1945-bombardier americainDepuis la nomination du général Mac Arthur au commandement des forces armées alliées, la guerre que les USA mènent au Japon s'est fortement intensifiée.


Leurs "superforteresses volantes" ensevelissent systématiquement l'ensemble des centres industriels japonais sous des tapis de bombes.


Les commentateurs britanniques notent l'inexistence de l'aviation et de la marine nippone.

Désormais, leurs dernières actions un tant soit peu significatives consistent à attaquer les américains avec de dérisoires mini sous-marins et des avions-suicides. La situation est désespérée pour le Japon et les habitants de Tokyo sont convaincus que les alliés vont maintenant débarquer sur leur île. Mais, le 6 août, le peuple japonais subit une attaque différente : un bombardier américain largue une bombe atomique sur Hiroshima...

La base navale et la ville d'Hiroshima sont réduites à néant par cette bombe qui est 2.000 fois plus puissante que la plus grosse bombe jamais utilisée jusqu'à ce jour par l'armée des USA. Le président Harry Truman déclare par la suite, devant les caméras et les micros du monde entier, que l'arme atomique doit désormais devenir "un instrument puissant du maintien de la paix mondiale".