A la fin du 19ème siècle, la ruée vers l'or aux USA et la puissance de la livre sterling britannique destabilisent les cours des monnaies européennes. Pour rétablir le calme monétaire, Napoléon III réunit la Belgique, l'Italie et la Suisse et leur propose de fonder une alliance nommée Union Latine. Elle aura une monnaie commune, faite d'un alliage d'or et d'argent identique dans tous les pays de l'Union, chacun gardant en parallèle sa monnaie nationale.

1908-la Grece se fait exclure de l Union LatineTrois ans après la naissance de l'Union Latine, la Grèce la rejoint et commence à fabriquer des pièces contenant l'alliage d'or et d'argent qu'exige l'Union. La monnaie commune des 5 pays commence à concurrencer sérieusement la livre sterling...

Jusqu'à ce que la Grèce commence à éprouver des difficultés financières et que son stock d'or ne devienne insuffisant. Maintenir le pourcentage de métaux précieux devient alors problématique pour elle !

Sans rien dire à ses partenaires de l'Union Latine, le gouvernement grec décide de réduire la proportion d'or dans les pièces qu'il fait battre. Lorsqu'elle est découverte, cette tromperie provoque la dévaluation de la monnaie de l'Union. Les dirigeants italiens, belges, suisses, français et ceux des autres pays qui ont rejoint l'Union Latine sont furieux et, au cours de l'année 1908, ils décident d'un commun accord d'exclure la Grèce.

L'Union Latine s'en remet mais, en 1914, la guerre fait bondir les cours de l'or, tandis qu'une loi française rend l'usage du billet de banque obligatoire. Les pièces frappées par les membres de l'Union Latine deviennent rares et, en 1927, devenue inutile, cette Union est dissoute. Seule la Suisse continuera d'émettre des pièces en francs or et argent jusqu'en 1967.