Tour-EiffelAprès sa naissance dans le quartier populaire de Belleville, à Paris, Edith Gassion est abandonnée par sa mère. Jusqu'à ses 15 ans, elle grandit avec Louis Gassion, son père, dans les quartiers de Pigalle et de la porte de Clichy.

Son père l'entraine ainsi jusqu'en 1930 dans sa vie de bohème, faite de misère et de manque de nourriture. Pour gagner de quoi manger, Edith chante régulièrement dans la rue. C'est là qu'elle se fait remarquer...

Sa voix rocailleuse et envoûtante séduit Louis Leplée qui l'engage aussitôt et, quelques jours plus tard, la produit sur la scène du Gernys où le public l'adopte tout de suite.

Devant son aspect chétif, Louis Leplée décide que son nom de scène sera "Piaf", un mot d'argot parisien qui signifie "petit oiseau".

Puis, Edith Piaf perd son enfant qui meure à l'âge de 2 ans. En 1936, Louis Leplée est assassiné et Edith se retrouve brusquement livrée à elle-même.

Elle parvient toutefois à monter sur la scène de l'ABC en 1937, où la bourgeoisie parisienne vient écouter cette chanteuse "sortie du caniveau" dont la voix est unique.

Edith Piaf enchaîne ensuite les tournées en France et en Europe, en compagnie du groupe Les Compagnons de la Chanson et du jeune chanteur Yves Montand. Elle régale ensuite le public américain de New York avec, entre autres, les chansons La Vie en Rose et Mon Légionnaire.

En 1945, le boxeur Marcel Cerdan et elle vivent une grand passion, tragiquement interrompue par la mort de Marcel dans un accident d'avion, en octobre 1949. Pour oublier, Edith glisse alors sur la pente de l'alcool et de la drogue. Bien que souvent malade, elle consacre cependant ses maigres forces à la scène et, en 1962, donne un ultime concert en haut de la Tour Eiffel. Puis, épuisée, elle rend son dernier soupir le 11 octobre 1963.