Au lendemain du débarquement du 6 juin 1944, les agents de renseignements alliés basés en Allemagne informent leur état-major que des renforts allemands arrivent à Strasbourg. Entre le 8 et le 10 juin, 20 trains de combattants et 15 de matériel de guerre quittent chaque jour la Bavière en direction de la France. Puis, du 10 au 13 juin, 18 trains de troupes et de matériel partent pour Nancy, ainsi que 6 convois de blindés qui filent sur Belfort.

1944-renforts allemandsDu 14 au 20 juin, d'autres troupes fraîches continuent de quitter l'Allemagne pour la France à la cadence de 5 trains quotidiens.

S'y ajoutent 2000 camions qui, partant de Bade et traversant Cologne, foncent par la route vers la France et une des 6 divisions stationnées en Belgique qui est envoyée à Lille.

Du côté des forces alliées, 500.000 soldats et 77.000 véhicules progressent sur le sol français à la date du 15 juin.

Le 1er juillet, l'armée allemande leur fait face avec 8 divisions supplémentaires, tandis qu'une quarantaine d'autres sont tenues en réserve sur les bords du Rhin. Les unités stationnées dans le sud de la France reçoivent l'ordre de remonter d'urgence vers la Normandie où les alliés gagnent du terrain. Désormais fortes d'un million de soldats, les troupes alliées s'organisent et 2 grands ports artificiels sont mis en construction.

Pour ravitailler leurs véhicules en carburant, un pipe-line sous-marin relie maintenant l'île de Wight à Cherbourg. Un autre a été mis en service à partir d'une des plages du débarquement et il est rallongé avec de nouveaux tuyaux au fur et à mesure que les forces alliées progressent. A la fin de la guerre, cette conduite stratégique de 15 centimètres de diamètre s'étirera à travers l'Europe sur... 2400 kilomètres de long.