Les mexicains ont pour habitude de mâcher de la chicle, la sève du sapotillier, afin de tromper leur faim. Vers la fin du 19ème siècle, une révolution éclate au Mexique et le général Antonio Lopez de Santa Anna s'enfuit aux USA. Il arrive à New-York avec 250 kilos de chicle mais repart  par la suite dans son pays, laissant son stock de chicle à Thomas Adams, son secrétaire. Adams ne sait d'abord pas quoi en faire, avant d'avoir une idée...

1897-chewing-gum BeemansIl y ajoute du sucre et du sirop de menthe et tente de le commercialiser auprès des pharmaciens comme gomme à mâcher d'hygiène dentaire.

Mais c'est William Semple, dentiste dans l'Ohio, qui dépose le premier un brevet destiné à protéger son chewing-gum. Sa composition comprend de la naphte, de l'alcool et de la réglisse.

Puis, au début du 20ème siècle, l'homme d'affaires William Wrigley lance avec grand tapage publicitaire sa propre gomme à mâcher...

Il distribue massivement des échantillons gratuits à travers l'ensemble des USA et obtient ainsi un énorme succès commercial. En 1918, alors que des troupes américaines sont parties combattre les allemands aux côtés des français et des anglais, la Croix-Rouge américaine leur expédie 4.500.000 gommes à mâcher pour qu'ils gardent bon moral. Les soldats américains font alors découvrir aux européens cette friandise inconnue.

Le succès de cette gomme se répand (comme une trainée de poudre) à travers le continent européen en guerre ! La demande en chewing-gum perdure et plusieurs entreprises européennes décident de se lancer sans attendre dans la fabrication de leurs propres produits. Elles utilisent un caoutchouc synthétique alimentaire qu'elles mélangent avec du sucre, des arômes artificielles et des colorants... donc bien loin de la chicle mexicaine !