Adolf Hitler affirme que chaque foyer allemand va bientôt posséder sa propre voiture. Pour celà, le Reich a mis en place un système de retrait sur salaire de chaque travailleur allemand. En échange de cette retenue, le salarié reçoit un timbre qu'il doit coller dans un carnet. Une fois qu'il sera rempli, ce carnet lui permettra de prendre possession de sa voiture neuve... dés que Ferdinand Porsche aura, à Wolfsburg, construit l'usine qui doit la fabriquer.

1945-volkswagenCette usine, achevée par des prisonniers français en 1941, doit produire chaque jour plusieurs milliers de voitures KDF, du nom de l'organisation nazie Kraft Durch Freudes (la Force Par la Joie).


Mais, à la fin de 1945, les seuls véhicules que l'usine ait produits sont les Kubelwagen, uniquement destinées à l'armée : aucun des 150.000 allemands dont les carnets de timbres sont complets n'a reçu sa voiture !


Aprés avoir été bombardée par les alliés et transformée en champ de ruines, l'usine est occupée par l'armée britannique et le major anglais Ivan Hirst est chargé de l'administrer. Un ingénieur allemand lui montre alors 2 KDF. Elles ont été construites à la main, avec des pièces trouvées dans les gravats, par des ouvriers non payés qui voulaient voir à quoi ressemble la voiture qu'ils auraient dû construire pour des dizaines de milliers de foyers allemands.

Ivan Hirst décide aussitôt de remettre l'usine en état. Il récupère des machines, embauche 7.000 ouvriers en 1946 et fait démarrer la production. Puis, en 1949, Hirst cède la place à Heinrich Nordhof, qui devient le 1er PDG de la Volkswagenwerk. Grâce au major Ivan Hirst, l'usine a déjà fabriqué quelques 10.000 voitures, équipées d'un moteur de 1131 cm3 (placé à l'arrière) et dont la vitesse de croisière est d'environ 90km/h.