Le vendredi 14 mai à Tel Aviv, 8 heures avant que n'expire entièrement le mandat britannique, David Ben Gourion proclame la naissance de l'Etat d'Israël. Aussitôt les USA, devançant de peu l'URSS, reconnaîssent ce nouvel état. Israël bénéficie donc de la protection de ces 2 pays, ainsi que de celle de l'ONU. Aux délégués du Conseil national juif, Ben Gourion annonce alors que l'Assemblée constituante d'Israël établira une Constitution avant le 1er octobre. Il ajoute également que le pays sera totalement ouvert à l'immigration des juifs venant de tous les pays...

1948-Ben_Gurion

Ben Gourion affirme qu'Israël leur offrira la liberté, l'égalité des droits, la justice et la paix, sans aucune distinction de race, de foi ou de sexe.

Au nom d'Israël, il s'engage aussi à garantir l'inviolabilité des lieux saints de toutes les religions et à se conformer à la charte de l'ONU. David Ben Gourion poursuit en proclamant que l'Etat juif oeuvrera pour la réalisation de l'unification économique de la Palestine.

La composition du gouvernement provisoire est ensuite annonçée. La présidence de l'état d'Israël revient à David Ben Gourion. En plus des ministres nommés, les rabbins J.M. Fishman et I.M. Levin feront fonction de ministres sans portefeuille.


La première mesure que prend ce gouvernement provisoire est l'abrogation totale du Livre blanc de 1939, lequel limitait l'immigration et la vente de terrains palestiniens à des juifs.


Au moment précis où Ben Gourion s'exprime, 6 avions de chasse surgissent au dessus de Tel Aviv et bombardent la ville. L'un d'eux est abattu et son pilote (égyptien) est fait prisonnier. Entretemps, les états limitrophes de la Palestine ont proclamé l'état de siège.

L'armée syrienne, l'armée libanaise, la Légion Arabe, l'armée irakienne et l'armée égyptienne franchissent aussitôt les frontières de la Palestine et se dirige sur Tel Aviv. Le roi Abdallah de Transjordanie déclare sur les ondes de la radio de son pays que, désormais, les juifs n'ont plus aucun droit en Palestine et qu'à partir de maintenant, "aucun privilège d'autonomie ne leur sera accordé".