L'italien FIAT crée en 1934 la Société Industrielle de Mécanique et de Construction Automobile (SIMCA). Elle commence sa carrière avec la SIMCA 5 qui n'est, ni plus ni moins, qu'une parfaite copie de la FIAT 500 Topolino. SIMCA s'affranchit ensuite de FIAT avec le modèle suivant, la SIMCA 6. Puis, en 1949, la 6 est redessinée et devient la SIMCA 8, laquelle termine sa carrière en 1951 avec un super moteur de 1220 cm3.1954-Simca Aronde


Le modèle suivant, qui se nomme Aronde, permet non seulement à SIMCA d'obtenir un succès éclatant mais également de devancer les marques Peugeot et Citroën.


Henri Pigozzi, patron de FIAT et de SIMCA, décide alors de conforter sa position en multipliant les versions de l'Aronde : la marque propose les coupés Grand Large et Plein Ciel, le cabriolet Océane, le break Châtelaine et la sportive Montléry (avec un moteur de 50 ch).

En 1954, SIMCA s'offre Ford-France, ce dernier acquérant en échange 15% des actions de SIMCA. Ford-France devient alors Vedette et, en 1955, fabrique un modèle nommé Versailles, doté d'un moteur V8 de 3 litres. En 1957, la gamme s'enrichit de la Beaulieu, de la Chambord et du break Marly. L'américain Chrysler-Europe entre dans le capital de SIMCA en 1958 en rachetant à Ford les 15% d'actions qu'il possèdait toujours.

La SIMCA 1000 apparaît en 1961. Elle obtient un succès modeste. Les modèles suivants sont de plus en plus gros et se vendent mal. En 1970, Chrysler prend possession de SIMCA qui devient Chrysler-France. Les nouveaux modèles, encore plus puissants, se vendent encore moins. En 1978, Peugeot s'empare alors de Chrysler-Europe qui est rebaptisée Talbot. Les ventes continuent de s'effondrer et, en 1986, la marque disparaît définitivement.