Si l'attaque du Japon sur Pearl Harbor provoque l'entrée en guerre des USA, elle stoppe également certaines productions jugées inutiles à l'effort de guerre. En 1945, ces produits sont remis en fabrication : parmi eux se trouvent les billards mécaniques. Mais, désormais, les constructeurs doivent affronter la redoutable concurrence de Williams qui a remplacé les bumpers métalliques par des bumpers en plastique et a électrifié ses billards.1945-billards electromecaniques


En 1947, la firme Gottlieb ajoute de petites raquettes pour renvoyer la bille sur les siens et leur donne le nom de flippers.


La course aux nouveautés fait alors rage : Gottlieb crée le Humpty-Dumpty tandis que Chicago Coins et Genco investissent les bars avec le Bermuda et le Built-Up. Williams reprend le nom de Bally-Hoo à un de ses concurrents et fabrique également le Flamingo.

L'année suivante, plus de 60 nouveaux modèles sont créés : parmi eux, le Hi-Ride de la firme Keeney, le Swanee d'Exibit et le Tropicana de United. A partir de 1953, Williams et Gottlieb commencent à se partager l'essentiel du marché. Le Super Jumbo de Gottlieb apparaît en 1954 : c'est le 1er "flipper" à 4 joueurs. Puis, en 1966, la société Bally renaît et lance le 6 Sticks, un appareil pour 6 joueurs.

Les marques américaines font souvent fabriquer leurs produits par des sous-traitants européens. Des espagnols, des italiens et des français en profitent pour créer leurs propres marques, telles Rally, Alben ou Fliptronics, cette dernière étant la 1ère à utiliser des composants électroniques. Les innovations européennes sont reprises par les USA mais, en 1976, la marque française Staal produit un appareil entièrement électronique. Une nouvelle génération nait et, vers 1982, les appareils électromécaniques commencent à disparaître.