Au début du mois d'avril, Pierre Joxe, le ministre de l'intérieur, présente un projet de loi électorale destiné à être mis en application pour les élections législatives de 1986 : il prévoit de remplacer le scrutin majoritaire à 2 tours de la 5ème République par un scrutin à la proportionnelle départementale et de porter le nombre de députés à 571. L'opposition dénonce aussitôt une tricherie destinée à compenser une défaite prévisible de la majorité socialiste.

1981-Michel RocardEn effet, le Parti Socialiste (PS) français subit défaite sur défaite depuis 1982.

L'opposition s'empresse également de pointer du doigt l'hypocrisie du PS qui, tout en reprochant à la droite de se compromettre avec l'extrême-droite, s'apprête à faire entrer le Front National au Parlement en utilisant la proportionnelle. 

Michel Rocard, ministre de l'agriculture, est en total désaccord avec ce projet de loi électorale instituant une représentation proportionnelle.

Aussi, afin de rester en cohérence avec sa position, il décide de présenter sa démission au président François Mitterrand.

Ce dernier l'accepte et nomme Henri Nallet, son propre collaborateur, pour le remplacer au ministère de l'Agriculture.

Outre l'hostilité des Rocardiens et de près de la moitié des socialistes, le projet de loi de Pierre Joxe provoque également l'opposition du Parti Communiste Français.

Tout semble indiquer que ce projet est voué à être rejeté mais le 26 juin, contre toute attente, une majorité de députés de la majorité votent l'adoption de cette loi en seconde lecture... La fronde d'une partie des élus du Parti Socialiste n'a pas résistée longtemps à la tentation de faciliter leur propre réélection !