La séance de la congrégation des rites a lieu en présence du pape Pie X, à Rome, et le décret de béatification de Jeanne d'Arc et est alors promulgé. Ce décret dit que, par elle, Dieu a voulu vaincre les ennemis de la France en 1431. L'effigie de Jeanne sera désormais placée sur les autels des lieux de culte où "elle pourra ainsi implorer Dieu et ramener à l'église tant de fils errants". Le 18 avril a lieu la cérémonie de béatification...

1909-statue de Jeanne d'Arc-ParisLa foule est dense et les membres du clergé romain peinent à atteindre la statue. Le voile qui la recouvre est enlevé et tous découvrent une Jeanne d'Arc en armure, entourée par saint Michel, sainte Marguerite et sainte Catherine.

Quelques temps plus tard, 5 autres statues de Jeanne d'Arc sont installées à Paris. Elles sont toutes décorées de fleurs grâce aux bons soins de la ligue des Camelots du Roi, créée par Charles Maurras, le chef du groupe d'extrême-droite Action Française.

Rue de Rivoli, un différent oppose les royalistes avec les membres d'un groupe qui se dit "libéré du papisme" et qui veut déposer une couronne de lys blancs portant l'inscription "A Jeanne d'Arc, victime des papistes".

Un autre incident se produit sur le boulevard Saint-Marcel où un individu se met à crier " A bas Jeanne d'Arc ! A bas les Camelots !". Les quelques royalistes présents lui répondent par des "A bas les juifs !".

Sur le parvis de l'église Notre-Dame, une dizaine de Camelots du Roi manifestent un bref instant avant de se disperser. A Saint-Augustin, un royaliste monte sur la statue de Jeanne d'Arc et entonne la chanson des Camelots que ses amis reprennent en choeur. Présent sur les lieux, un journaliste du quotidien Le Figaro voit alors intervenir la police. Sous ses yeux, cette dernière disperse énergiquement le bruyant attroupement.