Ayant récolté assez de fond (notamment auprès des juifs américains) pour affréter un paquebot, l'organisations sioniste Haganah fait venir 4400 survivants des camps d'extermination jusqu'au port de Sète, dans le sud de la France. Après une longue attente, ils embarquent le 10 juillet à bord du paquebot Président-Warfield, qui prend alors la direction de la Palestine. Pendant le trajet, les passagers décident de débaptiser le navire...

1947-Exodus a HaifaIls lui donnent le nom d'Exodus 1947, en mémoire à Moïse qui, lui aussi, accomplit autrefois un périple vers la Terre Sainte.

L'Exodus arrive ensuite devant le port d'Haïfa et mouille dans les eaux d'une Palestine encore sous administration britannique.

Les autorités refusent de laisser débarquer les passagers qu'elles cataloguent comme immigrés clandestins. L'Exodus reste immobilisé et les conditions sanitaires se dégradent à bord.

L'Angleterre prend alors une décision : 3 de ses navires de guerre obligent l'Exodus à reprendre la mer vers la France, le pays d'où il vient, et l'escortent jusqu'à la rade de La Ciotat. La France accepte d'accueillir de nouveau les passagers de l'Exodus mais ces derniers, qui refusent catégoriquement de débarquer, entament une grève de la faim pour obtenir leur retour en Palestine. L'Angleterre prend alors une seconde décision...

Toujours escorté par les navires de guerre britanniques, l'Exodus reprend la mer. Le 6 septembre, après 2 mois passés à bord de leur paquebot, les 4400 rescapés des camps de la mort découvrent avec horreur qu'ils sont à Hambourg, donc revenus en Allemagne, et refusent évidemment de quitter l'Exodus. Craignant une nouvelle grève de la faim, les militaires britanniques emploient la force et débarquent brutalement les passagers...