Par excès d'autoritarisme, la monarchie portugaise est devenue tellement impopulaire que l'assassinat du roi Carlos 1er et du prince héritier, en février 1908, ne surprend personne. En 1910, un coup de force militaire force Manuel II, son successeur, et toute la famille royale à quitter précipitamment Lisbonne. Ils ne trouvent leur salut qu'en rejoignant Gibraltar. La République est alors proclamée et le roi déclaré en exil.

1910-Manuel II prend la fuiteAu delà de la personne de Manuel II, le rejet de la population portugaise s'étend également aux partis monarchiques à qui il est sévèrement reproché leur gestion catastrophique des fonds publics.

De l'autre côté de la frontière, les évènements portugais sont suivis avec une grande attention : pour leur part, les républicains espagnols se prennent à rêver de République et, pour ce qui les concernent, les monarchistes en tirent des leçons...

Les partis monarchistes espagnols s'emploient alors à oublier leurs divergences et à resserrer leurs rangs. Ainsi, les monarchistes libéraux, qui forment à eux seul une majorité de gouvernement, décident sans attendre de s'allier à la minorité monarchiste conservatrice.

Le dirigeant monarchiste libéral Canalejas intime même aux membres de son parti de cesser immédiatement leurs habituelles attaques verbales violentes contre les membres du clergé. La priorité du moment est de renforcer au plus vite l'union du camp monarchiste espagnol afin d'écarter un potentiel danger républicain...