Le cinéaste espagnol Luis Bunuel implique le peintre Salvador Dali dans la conception de son film  L'Age d'Or. Une fois que le long métrage est fin prêt, les 2 compatriotes le font projeter en France dans les salles de cinéma. Nous sommes à quelques semaines de la célébration de Noël et de l'anniversaire de la naissance du Christ et les premières projections (dont les dates ont été mûrement et sciemment choisies) déclenchent la colère de nombreux spectateurs.

1930-Salvador_Dalí

Les critiques cinématographiques dénoncent alors comme un seul homme ce qu'ils considèrent être une immense obscénité et décrètent en outre que cette oeuvre est totalement dépourvue de qualités artistiques.

Dans les journaux où ils donnent leurs avis et prononcent leurs sentences, ils mettent en garde leurs lecteurs et les préviennent que le film y présente le Christ dans le rôle d'un organisateur d'orgies bestiales.

Luis Bunuel et Salvador Dali sont accusés par la presse unanime de rabaisser au plus bas niveau l'idée de patrie, de bafouer les valeurs de la famille et de traîner la religion dans la boue.

Les critiques spéculent que, une fois que l'effet de la provocation sera retombé, ce film et ses réalisateurs tomberont dans les oubliettes de l'histoire du cinématographe !

Toujours aussi unanimes, ils prédisent ensemble que la France gommera très vite de sa mémoire le nom de cet espagnol nommé Salvador Dali et effacera sans sourciller le souvenir de ses idées extravagantes, anticonformistes et... sulfureuses.