1993-parking World Trade Center-New-York


Le 26 février, la voiture piégée qui explose dans le sous-sol du World Trade Center, à New-York, fait 6 morts et environ 1.000 blessés. L'attentat est aussitôt revendiqué par un groupe de terroristes islamistes.


Puis, le 24 décembre 1994, 4 membres du Groupe Islamiste Armé (GIA) s'emparent d'un avion de ligne français. Les hommes du GIGN (Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale) passent alors à l'assaut, délivrent les 172 otages et abattent les 4 terroristes.

L'année suivante, une bouteille de gaz, remplie de poudre et de clous, explose dans le métro de Paris le 25 juillet. Elle tue 8 voyageurs et en blesse 84 autres. Cet attentat est suivi de 5 autres, à Paris et à Villeurbanne, qui sont tous sont revendiqués par le GIA algérien.

Le 3 décembre 1996, une autre bombe explose dans le métro de Paris : les 4 personnes qu'elle tue et les 130 qu'elle blesse allongent encore la liste des victimes du terrorisme islamique.

Les ambassades américaines de Tanzanie et du Kenya sont simultanément attaquées, le 7 août 1997, par 2 commandos suicides de l'Armée Islamique pour la Libération des Lieux Saints qui tuent au total 224 des membres de ces 2 ambassades. Le 12 octobre 2000, le destroyer américain USS Cole subit à son tour une attaque suicide dont le bilan est de 7 morts.

Cette opération suicide est suivie par celle des islamistes d'Al Quaeda qui, le 11 septembre 2001 à New-York, à Washington et à Shanksville (en Pennsylvanie), coordonnent une série de 4 attentats suicides qui parviennent à tuer, au total, prés de 3.000 citoyens de 93 pays différents et à en blesser plus de 6.000...