1991-loi Evin

Les députés français apprennent que les 2 principales causes de mortalité en France sont l'acoolisme et le tabagisme...

C'est pourquoi, le 10 janvier, ils votent la loi Evin, laquelle interdit toute publicité pour l'alcool et le tabac.

De plus, des messages sanitaires devront être imprimés sur tous les paquets de cigarettes et la vente de tabac devient interdite aux moins de 16 ans.

En outre, il est désormais interdit (sous peine d'amende) de fumer dans les "locaux à usage collectif".

N'ayant pas rencontré de réelle opposition à ces dispositions restrictives, le gouvernement décide l'année suivante de s'attaquer à l'insécurité routière...

 Le 1er juillet, le permis de conduire devient "à points" : chaque conducteur dispose désormais d'un capital de 12 points qui peuvent être retirés en cas d'infraction routière.

Mais la mesure s'avère inefficace : le réseau routier français reste le plus meurtrier de toute l'Europe ! Jacques Chirac, président de la République, trouve que ce résultat  est insupportable et, au début du 21ème siècle, il prend une importante décision...

Désormais, la lutte contre la violence routière devient la 3ème grande priorité de son mandat. Les jeunes conducteurs n'obtiennent désormais qu'un permis de conduire probatoire (d'un an), les peines pour infraction routière deviennent plus sévères et des radars automatiques sont installés dans tout le pays (à partir de 2003) pour détecter les excès de vitesse...