Le Dow Jones (DJ), l'indice de la valeur boursière des Etats-Unis, bat un nouveau record de hausse avec une progression spectaculaire de 40% entre le 1er janvier et le 25 août. Gros et petits spéculateurs continuent d'acheter à tour de bras, indifférents à la multiplication de signes qui annoncent l'arrivée d'un climat économique nettement moins favorable à leurs prises de risque.

1987-Alan Greenspan

Effectivement, le 6 octobre, l'indice Dow Jones perd 91 points d'un seul coup... juste aprés que le gouvernement des USA ait annoncé l'importance du déficit commercial du pays pour les mois d'août et septembre, lequel déficit avoisine les 30 milliards d'Euros.

Le lendemain, le même DJ perd encore 94 points ! L'indice continue de descendre jour aprés jour et sa chute s'amplifie lentement jusqu'au 19 octobre...

Ce jour là, les sociétés de courtage en bourse se mettent à vendre massivement. En toute logique, le Dow Jones dégringole brusquement de 200 points à 11 heures. A 15 heures 15, il perd de nouveau 320 autres points et sa cotation, désormais devenue impossible, est suspendue.

En réaction quasi immédiate, les différentes places boursières de la planète voient leur valeur baisser de 10 à 15%.


Le mardi 20 octobre, Alan Greenspan, président de la Réserve Fédérale Américaine, injecte massivement de l'argent public pour soutenir (voire sauver) le système financier privé.


L'indice Dow Jones retrouve alors rapidement des couleurs et termine sur un cours en hausse de + 5,6%. La tempête financière semble s'être quelque peu calmée...