Au début de l'année 1952, un véhicule maquillé circule incognito dans la région de Draguignan, en France. A l'avant, 2 chevrons ornent une fausse calandre : L'Auto-Journal, qui en a été informé, comprend aussitôt qu'il doit s'agir d'un prototype de la remplaçante de la traction avant Citroën. La rédaction expédie aussitôt 3 journalistes, lesquels parviennent à prendre l'étrange véhicule en photo.

1952-Une de Auto-Journal

André Boussemart, Marcel Pétré et Patrick Hersant font alors publier les photos de la voiture masquée dans L'Auto-Journal.

Puis Gilles Guérithault, également journaliste à L'Auto-Journal , mène une enquête minutieuse...

Il décide ensuite de dévoiler à ses lecteurs les nouveautés révolutionnaires de la Citroën, laquelle sera dotée d'une silhouette futuriste et se nommera... "DS" !

Guérithault veut aussi dévoiler que la DS sera, entre autre, équipée d'une suspension hydropneumatique, d'une carrosserie extraordinairement aérodynamique et d'un volant à une seule branche...

Mais, au mois de mai, à la suite de la plainte de Citroën, la police investit les locaux de L'Auto-Journal et saisit des documents. Malgré celà, le numéro du 1er juin publie les révélations de Guérithault, illustrées par René Bellu

Commence alors un procés de plusieurs années, ponctué de nombreuses perquisitions au domicile de Gilles Guérithault et de plusieurs gardes-à-vue pour son épouse et lui-même. Puis, le 18 septembre 1955, 600.000 exemplaires de L'Auto-Journal sont librement distribués dans tout le pays... Les extraordinaires qualités de la DS Citroën y sont, cette fois, tranquillement présentées.