Le 31 août, le général Alexandre Lebed signe un accord de paix avec les indépendantistes tchétchènes. Boris Eltsine, président de la confédération de Russie, annonce, le 17 octobre à la télévision, qu'il vient de limoger Alexandre Lebed, lequel occupait depuis 4 mois le poste de conseiller présidentiel aux questions de sécurité.

1996-general-alexander-lebed

Le même jour, Lebed donne une conférence de presse et affirme aux journalistes que son renvoi a été fomenté par Anatoli Tchoubaïs, chef de l'administration présidentielle, et par les partisans de la poursuite de la guerre en Tchétchènie. 


Alexandre Lebed, grand favori des sondages, passe donc dans l'opposition où il va pouvoir librement préparer sa campagne à l'élection présidentielle du mois de juin.


Le général Lebed insiste également sur le fait qu'après l'accord de paix qu'il a obtenu auprès des tchétchènes, "la spirale sanglante de la guerre a été arrêtée". William Perry, le secrétaire américain à la défense, a de son côté déclaré que " les relations entre le général Lebed et les responsables américains n'ont jamais réellement eu l'occasion de se développer.

Javier Solana, secrétaire général de l'OTAN, s'est quant à lui abstenu de tout commentaire. Après la réélection de Boris Eltsine et le début de l'ascension de Vladimir Poutine, Alexandre Lebed passe au second plan. Il dénonce cependant, entre autre, la disparition d'une centaine de valises nucléaires russes. Puis, il est nommé gouverneur en Sibérie, où il mourra dans un accident d'hélicoptère en 2002.