Le 28 juin, la Sacrée congrégation soumet aux cardinaux du Saint Office des questions auxquelles ces derniers répondent rapidement en affirmant que, oui, il est illégal pour un catholique de s'inscrire au Parti Communiste et de faire de la propagande pour le communisme car c'est une doctrine antichrétienne, hostile à l'église du Christ ! Le fidèle qui commettra ces actes ne sera désormais plus admis aux sacrements.

1939-couronnement de PieXII

Si, en plus, il milite au sein du Parti Communiste et propage sa doctrine antichrétienne, ce fidèle sera excommunié "ipso facto" et, de ce fait, sera également exclu de la communauté catholique.

Mis le 30 juin au courant de ces décisions, le pape Pie XII les a aussitôt approuvé et en a ordonné la publication.

La presse italienne classée à gauche réagit vivement, accusant le Vatican de semer le trouble et de vouloir diviser les italiens en 2 camps.

L'Unita, journal du Parti Communiste Italien, parle d'une véritable provocation, doublée d'une tentative d'intimidation politique à l'égard des catholiques.

Le journal Il Paese évoque pour sa part un "geste de haine" et une atteinte à la libre activité des forces politiques de la nation.

Interrogé par un correspondant de l'agence Reuter, un haut dignitaire du Vatican a tenu à répondre que ce décret n'est, en fait, "destiné qu'à éclairer le chemin qui ramène à l'église de ceux qui se seraient égarés à professer le communisme".