jpg_Moines_de_Tibhirine-8cb7f

Le 27 mars, 7 moines catholiques français sont enlevés en Algérie. Le jeudi 23 mai, la radio marocaine Medi 1 reçoit un communiqué du Groupe Islamique Armé (GIA) daté du 21 mai qui annonce que les 7 religieux ont été égorgés.

Le message, signé d'un certain Djamel Zitouni (alias Abou Abderamane Amine), affirme que les moines ont été tués après l'échec des négociations avec la France

Djamel Zitouni précise également qu'il avait demandé la libération d'Abdelhak Layada, un des anciens chefs du GIA détenu à Alger, ainsi que celle d'autres prisonniers de son groupe...

Dés le 24 mai, le gouvernement français a catégoriquement nié avoir négocié quoi que ce soit avec les terroristes algériens et a vivement conseillé à tous les français résidant en Algérie de quitter au plus vite ce pays.

A Paris, le cardinal-archevêque Lustiger a demandé aux musulmans de bien vouloir chasser toute haine de leur coeur. De son côté, le Haut conseil des Musulmans de France a exprimé sa vive colère et son affliction profonde à la suite de l'horrible meurtre qui a été perpétré sur les 7 moines catholiques de Tibhirine, en Algérie.