Calé au sud de la péninsule arabique, le Yemen fait intégralement partie de l'empire Ottoman jusqu'en 1918. Puis, à la suite de la révolte des imans zaydites, une partie des montagnes du nord devient autonome. L'iman Yahya y crée alors le royaume mutawakkilite. Dans les territoires voisins, Ibn Saoud fonde pour sa part, en 1932, le royaume wahhabite d'Arabie Saoudite.

1962-Abdullah al-Sallal-president de la Republique Arabe du Yemen

En 1934, le roi Ibn Saoud envahit le Yemen et s'empare de 3 des provinces du nord.


Sous la conduite d'Abdullah al-Sallal, des officiers renversent ensuite le roi du Yemen en 1962 et instaurent la République Arabe du Yemen.


Une guerre civile éclate alors entre les nationalistes d'al-Sallal (soutenus par la Syrie et l'Egypte) et les royalistes (soutenus par l'Arabie Saoudite et la Jordanie).

L'Egypte se retire du conflit en 1967 et l'Arabie Saoudite  reconnait quant à elle l'existence de la République Arabe du Yemen en 1970.

Cependant, au sud du Yemen, des marxistes fondent la République Démocratique Populaire du Yemen.

En 1990, les marxistes sont militairement vaincus et une unification, obtenue sous la contrainte, donne naissance à la République du Yémen.

L'unification du Yemen ne devient vraiment une réalité qu'en 1994, après l'intervention armée des milices islamistes anticommunistes. Mais, au lendemain du 11 septembre 2001, les USA viennent au Yemen pour y éradiquer le jihadisme : leurs actions s'avèrent totalement contreproductives et provoquent, en fait, une véritable recrudescence de l'islamisme radical dans cette partie du monde.