Au cours d'une fête de charité, le hasard fait se rencontrer Maria Eva Duarte et le colonel Juan Domingo Peron, lequel est en pleine ascension vers le pouvoir. En 1944, le colonel Juan Peron devient vice-président de la République d'Argentine, ainsi que ministre de la guerre et secrétaire du travail et de la prévoyance sociale. Bien qu'étant lui-même militaire, Peron se méfie de l'armée... 

1945-Argentine-marche anti Peron

Il préfère obtenir le soutien des syndicats, des ouvriers et des paysans argentins.

Sa politique sociale, son sens du combat politique et son intelligence séduisent Eva Duarte qui l'épouse.

Mais la politique trop sociale de Peron irrite les USA, la bourgeoisie et l'armée de l'Argentine...


En 1945, le colonel Peron est accusé d'avoir eu des sympathies pro-nazi et doit démissionner.


Spruille Braden, ambassadeur des USA, obtient ensuite qu'il soit incarcéré à la prison de Martin-Garcia mais, le 17 octobre, Eva Peron prend la tête d'une foule d'ouvriers et de paysans qui viennent délivrer son mari. Puis, en février 1946, Juan Peron se présente aux élections présidentielles. Eva le soutient activement, n'hésitant pas à prendre la parole pour électriser les foules avec sa gouaille populaire.

Elu, Juan Peron est réintégré dans l'armée qui le nomme même général. Le président Peron fait alors augmenter les salaires, accorde des congés payés, nationalise les chemins de fer, met en place un régime de retraite et une réforme agraire. Puis, il fait modifier la constitution pour pouvoir enchaîner plusieurs mandats. Les syndicats sont étatisés et deviennent ainsi les outils de propagande du général président Juan Peron...