En Algérie, la population venue de la métropole pense que ses problèmes doivent être solutionnés à Paris où, par ailleurs, elle se sent impuissante car elle n'a pas de groupe au Parlement. A défaut, des délégations y ont dit quelle est la situation de l'Algérie française et combien celle-ci se dégrade rapidement. C'est dans ce climat de tension que Guy Mollet, le chef du gouvernement, arrive à Alger en février...

1956-CRS en Algerie

Le 6, il se rend au monument aux morts de la ville pour y déposer une gerbe de fleurs mais, derrière les détachements qui doivent rendre les honneurs, un groupe de jeunes d'origine métropolitaine manifeste son mécontentement.

La police les disperse mais ils se regroupent un peu plus loin. Une fanfare entame ensuite les 1ères notes de la Marseillaise et Guy Mollet dépose la couronne de fleurs...

Des tomates avariés jaillissent soudain vers lui mais le chef du gouvernement n'est que vaguement touché. Les officiels interceptent au mieux les pierres que lancent certains manifestants tandis que d'autres jeunes commencent à arracher des mottes de gazon des pelouses pour les jeter en direction de Guy Mollet. Les forces de l'ordre repoussent alors durement les manifestants...

Fuyants les grenades lacrymogènes, ces derniers s'en prennent ensuite aux véhicules du cortège officiel sur lesquels ils crachent abondamment. L'un d'eux monte sur le toit d'un immeuble et arrache le drapeau français qui s'y trouve, déclenchant aussitôt les applaudissements des autres jeunes d'origine métropolitaine. Les CRS dispersent alors la foule à coups de crosses de fusils et reprennent ainsi le contrôle de la situation...