Le 30 octobre, l'insurrection en Hongrie a pratiquement cessé et la politique reprend le dessus sur les opérations militaires. Le gouvernement qu'Imre Nagy a formé comprend des jeunes et des intellectuels communistes qui veulent donner la priorité à leur pays. Kovacs, grand partisan de la fin de la collectivisation des terres, reçoit le ministère de l'agriculture. En le choisissant, Nagy apaise ainsi les agriculteurs hongrois.

1956-Imre Nagy


Le drapeau d'avant la guerre redevient officiellement le drapeau du pays et Radio Budapest réaffirme la fermeté de la Hongrie face à l'URSS dans les débats qui ont lieu à l'ONU sur sa situation.


Cependant, ces prises de positions indépendantistes face au "grand frère" russe ne font pas pour autant disparaître les forces anticommunistes qui, de leur côté, s'emploient à prendre le contrôle du mouvement insurrectionnel.

Au début d'octobre 1957, en Pologne, les émeutes prennent également fin : les milices "citadines et ouvrières" et les forces de police en tenue de combat se sont appliquées à poursuivre et à matraquer les manifestants dans les rues de Varsovie...

Le gouvernement a maintenant pour objectif de renforcer le pouvoir du Parti Communiste Polonais. Son congrés a cependant été ajourné pour la 2nde fois du fait de profondes divisions internes. 

Le secrétariat du parti et la censure sont résolus à supprimer le quotidien Po Prosty. D'autres journaux sont également visés par des interdictions, tel le mensuel Zeszyty Teoretyczy et l'hebdomadaire Standard Mlodych. En province, les comités de rédaction de nombreux journaux ont déjà été remaniés. Pendant ce temps, les ouvriers se disent "démoralisés" par la situation de la Pologne communiste...