Sous les ordres de Saddam Hussein, l'armée irakienne ne se contente pas d'encaisser les innombrables bombardements des avions américains et alliés : le 20 janvier, elle expédie 10 missiles Scud en direction des villes de Dhahran et de Ryad, en Arabie Saoudite. La ville de Dhahran est mise en alerte et ses habitants se rendent dans des abris, où ils apprennent que les missiles Patriot américains les ont détruits en vol.

1991-bombardiers allies

D'autres Scud irakiens sont tirés sur Israël dans le but d'entrainer ce pays dans la guerre contre l'Irak et, ainsi, d'amener les armées des pays arabes à s'allier aux  troupes de Saddam Hussein contre les occidentaux. Par ailleurs, le 21 janvier, Radio Bagdad annonce que l'Irak a placé une vingtaine de prisonniers occidentaux sur ses sites stratégiques, afin d'en faire des boucliers humains antibombardements.

Partout dans le monde occidental, les protestations se multiplient contre cette utilisation des prisonniers de guerre, laquelle est totalement contraire aux Conventions de Genève. Les USA décident d'envoyer un 7ème porte-avions vers l'Irak et, de son côté, François Mitterrand, président de la République française, décide de ne plus limiter les bombardements de son aviation au seul sol koweitien.

Désormais, les avions français se joindront à ceux de leurs trente-quatre alliés pour pilonner des cibles militaro-industrielles sur le territoire irakien. Le président français annonce également que la fin prochaine de cette guerre va créer une situation nouvelle qui permettra certainement de poser de nouveau la question du règlement du conflit qui oppose toujours les israéliens aux palestiniens...