La 4ème armée du duc Albrecht de Wurtemberg atteint la rive droite de l'Yser au mois d'octobre. Sur la rive gauche, 49.000 soldats de l'armée belge, épuisés, attendent impatiemment les renforts promis par le général Foch. Pour l'heure, une poignée d'anglais et la brigade bretonne des fusiliers-marins de l'amiral Ronarc'h sont les seuls à être venus à leur secours.

La 6ème armée du Konprinz Ruprecht de Bavière se prépare à faire la jonction avec les troupes d'Albrecht de Wurtemberg et à attaquer les belges à 10 contre 1. L'armée allemande s'approche désormais dangereusement de la ville flamande de Furnes, qui s'élève au milieu de terres prises sur la mer et où le roi Albert de Belgique a installé son quartier général.

Sur la rive de l'Yser, l'empereur Guillaume II observe l'avancée de ses troupes qui vont, trés probablement, lui offrir bientôt la reddition de la Belgique. Mais, le 28 novembre, le roi Albert prend une décision courageuse, destinée à renverser la situation... obéissant à son roi, le vieil éclusier Charles Kogge lève toutes les vannes et la mer envahit alors les terres du polder de Furnes.

1914-Tout pour la Flandre

Les soldats allemands, surpris, se noient en masse : les 4ème et 6ème armées sont décimées ! Après la guerre, un monument à la gloire des soldats belges morts au cours de cette bataille est érigé. Sur 2 monumentales croix figurent les lettres A.V.V. et V.V.K., initiales des mots "Alles Voor Vlanderen" et "Vlanderen Voor Kristus" ("Tout pour la Flandre" et "la Flandre pour le Christ").