En 1931, dans une amérique en pleine crise économique, les réalisateurs Ernest Schoedsack et Merian Cooper décide de réaliser un film mettant en scène un gorille géant. Ils décident de réutiliser les décors de jungle qui leur ont servi à tourner les Chasses du Comte Zaroff et font appel à Willis O'Brien, spécialiste en trucages pour le cinéma. Le sculpteur Marcel Delgado construit alors une tête et un buste géant du gorille... 

king kong

O'Brien y installe des mécanismes qui permettent à 3 personnes placés à l'intérieur de faire bouger les machoires, les yeux et même les narines du monstre poilu.

Il fait également réaliser un pied colossal, ainsi qu'un bras et une main gigantesque où l'actrice Fay Wray pourra prendre place et s'accrocher aux doigts pour ne pas tomber.


Des décors miniatures sont construits pour y faire évoluer une marionnette de gorille de 40 cm de haut.


Les acteurs humains sont ensuite rajoutés, en surimpression, sur de minis écrans cachés dans les décors.

Un toboggan spécial est fabriqué pour faire descendre une caméra et simuler ainsi une attaque d'avion sur le gorille. Dans le film, Schoedsack et Cooper joue brièvement le rôle d'un pilote et d'un mitrailleur. Le tournage va requérir l'emploi de 65 électriciens et de plusieurs centaines de figurants. 

Un fois monté, les 2 réalisateurs horrifiés s'aperçoivent que leur film tient sur... 13 bobines ! Ils décident alors de rajouter des scènes (celles où King Kong dévaste le métro de New York) pour remplir une 14ème bobine.  Dés la 1ère projection, Schoedsack et Cooper comprennent trés vite que leur film va devenir un véritable monument du cinéma.