1989-Salman Rushdie

Considérant qu'il a commis un blasphème contre la religion musulmane, l'ayatollah Rouhollah Moussavi Khomeini demande officiellement aux chiites de tuer l'écrivain britannique Salman Rushdie, auteur du livre Les Versets Sataniques...


Le 16 janvier, sans les rompre, l'Angleterre décide alors de geler ses relations diplomatiques avec l'Iran


Les occidentaux se disent choqués par la décision de Khomeini, la plupart étant convaincus que l'Iran avait enfin abandonné le terrorisme d'état.

Quant aux états arabes à majorité sunnite, ils restent silencieux, surpris par la violence de la méthode utilisée par l'ayatollah Khomeini, grand guide spirituel des chiites.

En France, l'appel au meurtre proféré par Khomeini gêne passablement les autorités et ces dernières ne font aucun commentaire. 

Cependant, après la prise de position de l'Angleterre du 16 janvier, Roland Dumas, ministre français des Affaires étrangères, fait une déclaration à la presse...

Il rappelle alors que "la France est un pays laïc qui respecte les sentiments religieux, quels qu'ils soient".

Il ajoute également que "dans le contexte actuel", son voyage en Iran n'est pas annulé et qu'il se rendra bien dans ce pays. 

Pour ce qui le concerne, l'ayatollah Rouhollah Moussavi Khomeini maintient inflexiblement la mise à prix qu'il a lancé sur la tête de l'écrivain britannique d'origine indienne... ainsi que sur l'éditeur de son livre.