En acceptant la résolution de l'ONU, la Belgique accepte de retirer ses troupes du Congo. Elles seront progressivement remplacées par des soldats de l'ONU, essentiellement des africains. La Belgique exige toutefois du gouvernement congolais qu'il éloigne au préalable ses troupes et précise qu'elle ne renoncera à sa mission de protéger ses ressortissants que lorsqu'elle aura été relevée par les militaires de l'ONU... 

Le général Alexandre, chef de l'armée ghanéenne, précède à Leopoldville 2 bataillons de ghanéens, lesquels font route vers le Congo. Cependant, la tension reste forte dans la capitale congolaise où, de plus, la nourriture commence à manquer. Le 14 juillet, une colonne de camions, escortée par des militaires belges, s'aventure alors en direction de Madimba dans le but de ramener du ravitaillement.

1960-le Congo-vue satellite

Des parachutistes belges sont attaqués par des soldats congolais à l'aéroport et l'affrontement se solde par la mort de plusieurs congolais. La protection des quartiers européens de Leopoldville et l'évacuation des civils qui y demeurent sont assurées par l'armée belge. Des commandos, avec leurs véhicules, sont postés le long de l'autoroute et les parachutistes braquent leurs mitrailleuses vers les quartiers africains.

270 parachutistes belges ont été répartis dans le centre-ville et ils ont installé des mitrailleuses lourdes à chaque carrefour. Un convoi de civils, bien que sous escorte militaire, est violemment attaqué mais, à 22 heures, les 2 avions de la Sabena parviennent à embarquer les 300 femmes et enfants qu'ils doivent emmener à Bruxelles. Ils arriveront par la suite en Belgique, tous sains et saufs.