Un communiqué du 27 janvier, publié simultanément à Pékin et à Paris, annonce que la Chine et la France viennent de décider d'établir des relations diplomatiques entre leurs 2 pays et de désigner des ambassadeurs sous 3 mois. La Chine rappelle toutefois que l'établissement de relations diplomatiques avec la France n'entraine de sa part absolument pas l'acceptation de l'indépendance de l'île de Formose.

1964-LiuShaoqi

Le lendemain, le département d'état américain déclare qu'il regrette la décision de la France. Quelques jours auparavant, c'était Lyndon Johnson, le président des USA, qui avait exprimé la préoccupation du monde libre face à cette éventualité.

Le ministre des affaires étrangères d'URSS a, quant à lui, déclaré que la décision française va dans le sens de la paix mondiale.

Les observateurs politiques attendent désormais avec attention la réaction et les déclarations de Tchiang Kaï-chek, le dirigeant nationaliste de l'île de Formose.

La rumeur prête en effet à ce dernier, en guise de protestation, l'intention de rompre purement et simplement toutes relations avec la France du président Charles de Gaulle.

De leur côté, les Etats-Unis font discrètement pression sur Tchiang Kaï-chek pour qu'il n'en fasse rien car, pour les USA,  leur priorité politique est le refus catégorique de tout ce qui peut accréditer l'existence de 2 Chines séparées.