1986-tunnel sous la Manche

En 1975, alors que les travaux du tunnel sous-marin qui doit relier l'Angleterre et la France sont déja entamés, le 1er ministre anglais Harold Wilson et le président français Valéry Giscard d'Estaing décident d'un commun accord de stopper ce projet. Mais, réunis à Lille le 20 janvier 1986, Margaret Tatcher, 1er ministre britannique, et François Mitterrand, président de la République française, font une déclaration commune... 

Leurs 2 pays ont conjointement adopté la mise en chantier d'un nouveau projet, lequel consistera à creuser sous la Manche 2 tunnels entièrement voués au passage de convois ferroviaires. Margaret Tatcher et François Mitterrand ont également dévoilé que le coût de cette liaison sous-marine devrait osciller entre 50 et... 100 milliards de francs, selon la solution technique qui sera choisie ultérieurement.

En ce qui concerne la France, la société Alsthom, la Banque Nationale de Paris et le Crédit Lyonnais se sont déclarés être partenaires à part entière de la futute exploitation de la ligne ferroviaire Londres-Paris. Ces 3 sociétés devraient normalement être ensuite rejointes par la Bank of Tokyo et par 12 autres banques japonaises qui sont prêtes à participer à l'opération financière à hauteur de 18 milliards de francs.

Du côté des britanniques, l'opinion publique reste très septique, n'étant pas convaincue de l'intérêt de créer un lien permanent (et si coûteux) avec le continent européen. Par contre, Margaret Tatcher juge ce tunnel politiquement indispensable dés lors que son pays demande à adhérer à l'Union Européenne. Le 13 août 1986, France Manche et The Channel Tunnel Group créent ensemble la société Eurotunnel...