Le 5 octobre 1939, Adolf Hitler préside à Varsovie la parade victorieuse de ses troupes, lesquelles viennent d'envahir la Pologne en seulement quelques jours. A cette occasion, Hitler invite la France et l'Angleterre à faire la paix, arguant que, puisque leur allié polonais n'existe plus, ils n'ont plus de raison de se mobiliser. Le même jour, Joseph Staline expose ses revendications territoriales sur leur pays aux Finlandais...

1939-armee finlandaise

Ces derniers les refusent et se préparent à la guerre. Le 30 novembre, 28 divisions de l'Armée Rouge se positionnent sur les 1600 km de la frontière et attaquent la Finlande.

Les troupes finlandaises font mieux que résister à l'agresseur : elles stoppent son offensive sur Petsamo, bloquent la 7ème armée soviétique et annihilent même les 2 divisions ennemies qui tentaient de couper la Finlande en 2.

L'URSS est exclue de la Société Des Nations (SDN) le 14 décembre pour acte illégal. A la fin de ce même mois, l'armée finlandaise engage son armée dans une contre-attaque.

Staline décide aussitôt d'envoyer massivement des renforts. A 4 contre 1, le maréchal Timochenko l'emporte enfin. Pendant ce temps, la Norvège et la Suède refusent le droit de passage au corps expéditionnaire français.

La Finlande, vaincue le 13 mars 1940, demande alors la paix à l'URSS et cède aux exigences territoriales de Staline. Au cours de cette guerre de 3 mois et demi, le tiers des 200.000 soldats finlandais a cependant été tué ou blessé. Pour sa part, Hitler a soigneusement noté que l'armée de son actuel allié Staline a eut beaucoup de mal à venir à bout de la minuscule armée finlandaise. Il saura s'en souvenir en temps voulu...