Le 28 mai, le président Charles de Gaulle sort secrètement de l'Elysée et quitte rapidement Paris à bord d'un hélicoptère en compagnie de son épouse et d'un aide de camp militaire. L'appareil est précédé d'un hélicoptère de la gendarmerie et est suivi par un autre où se trouvent les gardes du corps du général. Le 29, le secrétaire général de la présidence annonce à la presse que le chef de l'état sera bientôt de retour...

1968-universite Paris-Sorbonne

Il affirme que Charles de Gaulle sera là pour présider le conseil des ministres, lequel a été précipitamment reculé de 24 heures la veille.

Dans le même temps, le 1er ministre Georges Pompidou réunit Roger Frey, ministre des Relations avec le Parlement national, et Jacques Chaban-Delmas, président du Parlement, pour une réunion.

Dans la foulée, il convoque les représentants des députés gaullistes et giscardiens pour une entrevue tout aussi imprévue.

Ces entretiens et le départ inexpliqué du président de la République font rapidement courir la rumeur selon laquelle il se serait retiré à Colombey-les-deux-Eglises pour y annoncer sa démission...

François Mitterrand organise alors une réunion entre une délégation du Parti Socialiste et des représentants du Parti Communiste Français à qui il propose la création d'un gouvernement provisoire.

Le 29 mai également, la CGT organise une manifestation à Paris. Les mots d'ordre qui y sont scandés parlent toujours de revendications sociales mais il s'y ajoute désormais ceux demandant la création d'un gouvernement populaire. La veille, bien qu'il soit interdit de séjour en France, l'anarchiste Daniel Cohn-Bendit est parvenu à rallier Paris et à entrer dans la Sorbonne où il a donné une conférence de presse...