Le 13 juin 1989, l'allemand Helmut Kohl et le russe Mikhaïl Gorbatchev signent une déclaration commune qui affirme le droit des peuples et des états à l'autodétermination. Le 9 novembre, le mur de Berlin est abattu et les allemands de l'Est s'exilent massivement vers l'Ouest. Face au risque de bouleversement, réunir les 2 Allemagne devient une urgence et il est même question de faire adhérer l'Allemagne à l'OTAN...

1990-Mikhail Gorbatchev

Le français François Mitterrand approuve cette idée tant qu'elle concoure à renforcer l'Europe et que l'Allemagne réunifiée choisit la voie qui mène vers l'union monétaire proposée par la France.

Les USA sont, bien évidemment, entièrement favorables à l'entrée d'une l'Allemagne unifiée dans l'OTAN.

Le 9 février 1990, le sécrétaire d'Etat américain James Baker rencontre Mikhaïl Gorbatchev à Moscou. Gorbatchev émet alors des réserves... 

Il craint que l'Europe n'en soit militairement déséquilibrée et il propose que l'Allemagne soit plutôt "neutre".

Baker lui répond que l'Allemagne, livrée à elle-même, aurait alors la possibilité de se doter de l'arme nucléaire.


Le secrétaire d'Etat américain ajoute ensuite que, quoi qu'il en soit, "la juridiction militaire actuelle de l'OTAN ne s'étendra pas d'un pouce vers l'est".


Le lendemain, Helmut Kohl rend à son tour visite à Gorbatchev à Moscou... 

"Je comprends bien les intérets de l'Union Soviétique en matière de sécurité" lui déclare le chancellier allemand. Cependant, aucune des garanties données par Kohl et Baker à Gorbatchev n'est jamais couchée sur le papier : tout est verbal ! En 1991, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Pologne décident d'adhérer à l'OTAN : "la juridiction militaire" de cette dernière va alors sérieusement s'étendre vers l'est...