Quand Charles de Gaulle évoque l'idée d'une Europe qui, allant de l'Atlantique à l'Oural, comprendrait l'URSS, il sous-entend que cette dernière aura abandonnée le communisme... Bien plus tard, en septembre 1983, Stanislas Petrov, le commandant d'une force aérienne basée non loin de Moscou, stoppe de justesse la contre-attaque soviétique qui allait répondre à une pseudo attaque nucléaire dirigée contre l'URSS...

1988-URSS dans Europe

Deux mois plus tard ont lieu les manoeuvres Able Archer 83 de l'OTAN : les dirigeants de l'Union Soviétique sont convaincus qu'elles masquent en réalité l'attaque imminente de leur pays !

Les scientifiques s'inquiètent sérieusement et parlent d'un possible "hiver nucléaire". Dans les 2 camps, des voix s'élèvent pour en finir définitivement avec la guerre froide.

Gorbatchev et Reagan se rencontrent alors à Genève en novembre 1985 et tombent d'accord sur le fait qu'une guerre nucléaire ne devra jamais avoir lieu. En octobre 1986, Gorbatchev propose de supprimer la moitié des bombes nucléaires soviétiques et américaines dans les 5 ans qui viennent et l'autre moitié 5 ans plus tard. Reagan est d'accord mais il veut doter son pays d'un bouclier spacial de défense nucléaire. L'URSS, qui n'apprécie pas du tout son projet, fait pourtant le 1er pas...

Elle détruit alors 1846 de ses missiles nucléaires. En 1988, le bloc soviétique commençant à se fissurer, Mikhaïl Gorbatchev y permet le retour de la propriété privée et l'ouverture politique. Son objectif premier est désormais d'éviter l'effondrement économique de l'URSS en la rattachant à une grande Europe des nations, à l'image de celle que souhaitait autrefois le général de Gaulle... de l'Atlantique à l'Oural donc !