Le 24 mars, 13 des états qui font partie de l'OTAN (dont les USA, l'Allemagne et la France) se mettent à bombarder la Serbie. Mais les opinions publiques européennes se montrent plutôt hostiles à cette guerre. Les services secrets de la Bulgarie, un pays qui désire vivement intégrer l'OTAN, fournissent alors, trés opportunément, un document à l'état-major allemand qui, au mois d'avril, le transmet à toute la presse...

1999-guerre du Kosovo

Attribué à l'armée serbe, ce document contient un plan d'épuration éthnique portant le nom de Plan Fer à cheval et prévoyant la déportation de la population du Kosovo. La presse européenne s'emploie aussitôt à démontrer que le plan de l'armée serbe a commencé et elle parle même de fours, identiques à ceux d'Auschwitz, dans lesquels les soldats serbes auraient déjà brûlés de 100.000 à 500.000 Kosovars.

Des journalistes affirment que les militaires serbes démembrent des cadavres, violent les femmes, font rôtir les foetus de celles qui sont enceintes et coupent des têtes pour jouer au foot-ball avec. Les opinions publiques sont horrifiées : les bombardements de l'OTAN sur la Serbie s'intensifient et ils vont ainsi durer 78 jours... Puis, le 10 janvier 2000, l'hebdomadaire Der Spiegel révèle que le Plan Fer à Cheval est un faux !

De ce plan, soit disant conçu par la Serbie en octobre 1998, il n'existe pas de document original. Le général allemand Henz Loquai, le député allemand Gregor Gysi, l'enquêteur Scharping et la procureure Carla del Ponte, qui nourrissaient tous de sérieux doutes quant à l'authenticité de ce document, voient leurs soupçons confirmés par les déclarations de la ministre bulgare des Affaires étrangères qui était en poste en 1999. 

(sources : journal Le Monde Diplomatique)