Le 25 octobre, à l'ONU, les USA demandent un report du vote qui retirerait son siège à l'île de Taïwan pour le donner à la Chine populaire. La proposition américaine est rejetée par 56 voix contre 53. Les Etats-Unis exigent alors que seule une majorité des 2 tiers permette d'expulser Taïwan de l'ONU. Mais cette seconde demande est également repoussée, cette fois par 59 délégations (55 sont pour et 15 s'abstiennent)...

1971-Nixon et Chou En-lai


Puis, le 26, l'Assemblée générale de l'ONU approuve par 76 voix contre 35 la résolution de l'Albanie qui propose d'admettre la Chine populaire et d'expulser le régime de Taïwan.


Chou Chu-kai, le chef de la délégation taïwanaise, préfère quitter un endroit où, selon lui, règne l'illégalité et l'injustice. A l'annonce de l'entrée à l'ONU de la Chine communiste, le chef de la délégation américaine a quant à lui déclaré : "L'ONU vient de prendre un mauvais chemin".

 

De son côté, la résolution de l'Arabie Saoudite n'a pas été retenue : elle proposait de maintenir Taïwan au sein de l'ONU, le temps que la population de l'île se prononce par référendum pour le maintien de son indépendance ou pour son rattachement à la Chine populaire.

Par ailleurs, les conversations secrètes prévues entre Henry Kissingerconseiller américain à la défense, et Chou En-lai, un des dirigeants chinois, ont été maintenues, ainsi que la future visite en Chine de Richard Nixon

L'admission de la Chine à l'ONU se produit néanmoins, à quelques semaines près, pratiquement 22 ans après la demande effectuée le 18 novembre 1949 par ce même Chou En-lai, l'un des fidèles compagnons de route de Mao.