En 1957, la Belgique, l'Italie, la France, l'Allemagne, le Luxembourg et les Pays-Bas s'unissent pour former "l'Europe des 6". Quinze années de négociations commencent alors entre les 6 et les 4 autres pays qui se disent intéressés par cette union : l'Angleterre, le Danemark, l'Irlande et la Norvège. Le 22 janvier 1972, les télévisions européennes retransmettent enfin la cérémonie des signatures de l'élargissement...

1972-Edward Heath

Victor Thorn, le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères ouvre cette cérémonie en tant que président de la Communauté Economique Européenne (CEE), suivi par Franco-Maria Malfatti, président de la Commission européenne.

Puis, la parole est donnée aux représentants des 4 pays candidats : Edward Heath (Angleterre), Jack Lynch (Irlande), Jens Otto Krag (Danemark) et Trygve Bratelli (Norvège).     

L'adhésion des 4 pays candidats ne deviendra cependant effective qu'à partir du 1er janvier 1973.

Et après que leurs parlements nationaux auront ratifié le traité et que la Norvège, le Danemark et l'Irlande auront demandés, par référendum, l'approbation de leurs peuples respectifs.


De son côté, l'Angleterre ne demandera pas son avis aux britanniques, se contentant seulement de faire ratifier le traité par la chambre.


L'impatient Heath, qui dit vouloir concilier identité nationale et développement de la CEE, souhaite que la 1ère conférence des 10 ait lieu avant la fin de l'été. Dans les pays des 6 fondateurs de la CEE, la voix la plus discordante est celle de Georges Marchais, N°1 du Parti Communiste Français, qui reproche au président français Georges Pompidou d'affaiblir la souveraineté de la France au profit de la CEE.