Le Mouloudia Club d'Alger (MCA), qui est créé en 1921, outre qu'il devient le 1er club de football entièrement mulsulman d'Algérie, devient également un foyer de lutte anticoloniale. En 1930, inquiétées par cette situation, les autorités françaises obligent alors les équipes de football algériennes à intègrer un certain nombre de joueurs européens. Mais, dans les tribunes, les supporters restent incontrôlables...

1921-Mouloudia Club Alger

Ils y chantent des chants religieux et affirment ainsi qu'ils sont musulmans.

En 1954, Yacef Saadi et Zoubir Bouadjadj, 2 joueurs de l'Union Sportive de la Médina d'Alger (USMA) y recrutent secrètement de futurs combattants pour le Front de Libération National (FLN).

En 1957, pendant la bataille d'Alger, Yacef Saadi devient le chef militaire du FLN et, en 1958, le FLN va rassembler une équipe composée d'indépendantistes pour faire connaître sa cause à l'étranger. 

Vingt ans plus tard, lors de la finale de la coupe d'Algérie de 1977, le public se met à entonner des slogans hostiles au régime du président Houari Boumediene. A partir de 1980, c'est au président Chadli Bendjedid que des supporters s'en prennent. Puis, en 1988, les tribunes des stades servent à rendre hommage aux manifestants tués par la police et aux partisans du Front Islamique du Salut (FIS).

Au début de l'année 2000, leur cible change de nouveau : cette fois, leurs slogans s'en prennent violemment au régime du président Abdelaziz Bouteflika. Ils reprochent à son entourage et à lui même d'être corrompus. Les supporters demandent également que ce clan quitte immédiatement un pouvoir qu'il détient depuis déjà plusieurs decennies. Mais, dans l'immédiat, Bouteflika et ses partisans font la sourde oreille...