Le 8 janvier 1959, Charles de Gaulle est élu 1er président de la 5ème République française. Son véhicule remonte l'avenue des Champs-Elysées sous les acclamations d'une foule enthousiaste. Son directeur de cabinet est assis à ses côtés. Cet homme, inconnu des Français, se nomme Georges Pompidou. Il exerçait auparavant le métier de directeur dans la banque d'affaires privée de Guy de Rothschild.

Carte-presidentielle-France-2

En 1962, bien qu'il n'ait jamais été nommé ministre ni même été élu à aucun mandat, le général de Gaulle le nomme 1er ministre...


Puis, alors que Pompidou a fait gagner les élections législatives de 1968 à la droite Gaulliste, le président Charles de Gaulle le congédie brusquement.


En 1969, le général de Gaulle engage sa parole dans un référendum : il le perd et démissionne. Pompidou est alors candidat...

Georges Pompidou, député du Cantal et ancien 1er ministre, est élu et devient ainsi le second président de la 5ème République.

Il perd ensuite un référendum sur l'Europe en 1972 et, à partir de cette période, les initiatives politiques qu'il prend se retourne contre lui. Il en vient ainsi à s'interroger sur la durée du mandat présidentiel, qu'il trouve trop long et qu'il tente de faire raccourcir par un vote de l'Assemblée.

Ne disposant plus d'une majorité suffisante, Georges Pompidou doit abandonner cette réforme. Rongé par la maladie, il ne finit cependant pas son septennat et s'éteint le 2 avril 1974, après 5 ans de présidence. Alain Poher, président du Sénat, devient président de la République par intérim en attendant les prochaines élections. En Afrique, plusieurs pays francophones décrètent alors un deuil national de 3 jours.