Fritz Bauer

Fritz Bauer, jeune magistrat allemand, est arrêté en mai 1933 par la Gestapo parce qu'il est de confession juive et est membre du Parti Social-Démocrate.

Il parvient cependant à s'enfuir en Suède en 1935, pour ne revenir en Allemagne qu'en 1949. Il y est alors nommé procureur, avant d'obtenir un poste de procureur général en 1956.

Trouvant par hasard des documents qui prouvent la culpabilité d'une partie des 6.000 S.S. qui gardaient les détenus à Auschwitz, il entrevoit alors la possibilité d'obtenir justice et réparations pour les victimes de ce camp.

En 1958, il obtient l'ouverture d'une enquête, suivie d'une procédure judiciaire préalable...

Elle donne lieu, en octobre 1963, à un spectaculaire procès collectif : 22 anciens S.S. comparaissent à la barre du tribunal, ainsi que 211 témoins à charge (des survivants du camp, qu'il a fallu faire venir de 19 pays). 


Au bout de 183 jours d'audience, 6 des 22 anciens S.S. sont finalement condamnés à la prison à perpétuité pour meurtres ou complicité de meurtres, 11 autres sont condamnés à 14 ans d'enfermement. Trois autres encore sont acquittés par manque de preuves suffisantes et 2 meurent de mort naturelle avant leur comparution.


Cette action en justice, qui est très médiatisée, va attirer plus de 20.000 spectateurs dans le tribunal. Vingt ans après la fin de la guerre, elle fait réellement prendre conscience au peuple allemand des nombreux crimes commis par les nazis entre 1933 et 1945. Clos en 1965, ce procès sera le 1er d'un série de 6. Tous, preuves à l'appui, mettront en cause des anciens S.S. du camp d'Auschwitz impliqués dans les assassinats, individuels et collectifs, qui y ont été perpétrés.