Le 6 juin, Yaser Arafat appelle tous les chefs d'Etats arabes à intervenir pour empêcher "la liquidation de la résistance palestinienne au Liban". En effet, face aux 200 blindés, à la puissante artillerie lourde et aux 20 chasseurs-bombardiers de l'armée syrienne, les quelques pièces d'artillerie et dizaines de blindés de la résistance palestino-progressistes ne vont pas tenir bien longtemps...

1976-forces syriennesLes Syriens, renforcés par l'apport des milices chrétiennes libanaises que commande Bachir Gemayel et par des pilotes chrétiens de l'aviation libanaise, progressent rapidement sur les 2 routes qui mènent à Beyrouth. Installée au col de Dahr-Al-Baldar, leur artillerie pilonne les positions palestiniennes dans la plaine de la Bekaa, ce qui leur permet de prendre rapidement le contrôle de l'aéroport de Beyrouth

Assem Kanso, représentant le parti Baas syrien au Liban, annonce que la Syrie va "empêcher l'exécution du complot américano-sioniste contre le Liban". Les milices pro-syriennes bombardent les camps palestiniens à l'artillerie lourde et tuent ainsi des centaines de civils à Sabra, à Chatila et à Bir-Hassan. A Saïda, les combattants palestiniens tentent de consolider leurs positions avant l'arrivée de l'armée syrienne.

Le 7 juin, les Syriens bombardent la 2ème base aérienne du Liban, qui se trouve dans le nord du pays à 6 km seulement de leur frontière, et où se sont refugiés des forces palestiniennes. Les Palestiniens du Liban publient alors un communiqué dans lequel ils appellent "tous les Arabes, toutes les nations amies de la révolution palestinienne et du mouvement national libanais" à venir à leur secours...