Lors de la prise de pouvoir de Mao Tse Toung, en 1949, des Chinois fuient le communisme et viennent se réfugier dans la colonie anglaise de Hong-Kong. La Révolution culturelle de 1966 y apporte une seconde vague de fuyards et, en 1989, la répression du mouvement de la place Tienanmen amène encore d'autres chinois a s'y réfugier.

1984-Hong-KongEn 1984, la 1ère ministre britannique Margaret Thatcher et le dirigeant chinois Deng Xiaoping s'assoient autour d'une table et commencent à négocier la future rétrocession de l'enclave de Hong-Kong à la Chine...

S'ils jouissent de quelques libertés, les habitants de Hong-Kong (qui est alors une colonie anglaise où règne une économie de marché ultralibérale) n'auront pas leur mot à dire, pas plus qu'ils n'ont le droit de vote.

La Chine communiste et l'Angleterre capitaliste se mettent finalement d'accord et optent pour une solution qui permettra de faire cohabiter leurs 2 systèmes (le capitaliste et le communiste) dans un seul pays (la Chine).

Ainsi, en 1997, les élites honkongaises pourront poursuivre leurs activités économiques, garderont leurs libertés de mouvement et leurs libertés politiques, et conserveront également leurs propres lois. 

Le gouvernement communiste de la Chine y trouve lui aussi son compte : la rétrocession, ainsi conçu, le mettra normalement à l'abri des vélléités indépendantistes et démocratiques que pourraient avoir, dans le futur, des habitants de Hong-Kong un peu trop épris de liberté...