La famille Khodossievitch fuit la guerre qui fait rage en Biélorussie en 1917 et se réfugie à Bielov, en Russie. Nadia Khodossievitch, alors âgée de 15 ans, y suit les cours des Ateliers nationaux supérieurs d'art que les soviets viennent de créer. Puis elle part seule à Smolenks pour parfaire sa formation. En 1919, elle se rend à Varsovie et y intègre les Beaux-Arts, où elle fait la connaissance du peintre Stanislas Grabowski...

Nadia LégerElle l'épouse en 1924 et, 2 ans plus tard, leur couple expose à Paris, avant d'intègrer l'académie de peinture animée par Fernand Léger et Amédée Ozenfant.

Tous pratiquent "L'Esprit nouveau", un mouvement qui concilie les arts et "la vie moderne".

Dans les années 1930, Nadia Khodossievitch, élève de Fernand Léger, réalise des fresques, des tapisseries géantes et des décors de théâtre pour le Front Populaire.

Au lendemain de la guerre, durant laquelle elle fut résistante FTP, "Nadia la rouge" peint des portraits sur des bâches (d'après photos) pour décorer la tribune du congrés du Parti Communiste Français.


Puis, en 1952, après des décennies passées ensemble, Nadia épouse Fernand Léger en 2nde noce.


Dans les années 1960, elle retourne alors au genre "suprématiste" de ses débuts, avant de redonner vie (dans les années 1970) au style du "réalisme socialiste" des années 1920.

Nadia Léger réalise donc des tableaux qui mettent en scène des ouvriers, des paysans et des employés.Elle utilise alors les couleurs contrastées que prisent les artistes du Pop art.

Après sa mort, survenue en 1982, le nom de Léger est systématiquement associé au prénom Fernand. Nadia Léger, née Khodossievitch, restera peut-être éternellement dans l'ombre de son célèbre mari, dont elle a sans doute été trop longtemps l'élève...